Biographie

Claude noriJe suis né 1949 à Toulouse, de parents émigrés italiens qui ouvrirent en plein centre ville une épicerie puis un restaurant où se retrouvaient les Italiens du Sud Ouest autour de produits et plats typiques de leur pays.
Enfance  très heureuse dans une ville accueillante et sensuelle.

En 1968, emporté par les événements et leur aspect plus poétique que politique, je découvre la photographie grâce à mon camarade de classe, Patrick Chapuis, alors que je me destinais à devenir réalisateur après deux mois d’ études au Conservatoire Indépendant du Cinéma Français à Paris.  Je comprends très vite  les potentialités expressives de la photographie et surtout la liberté et la légèreté  qu’elle propose de partir tout de suite à la découverte des autres, du monde et de soi-même. Quelques jours, enfermé dans le laboratoire improvisé de mon copain chez ses grands parents, je suis pris par les mystères du révélateur, les manipulations créatrices à mains nues et je commence à penser noir et blanc. Un  Canon d’occasion fera l’affaire…

Nous effectuons en 1971 notre première exposition dans le quartier de la Faourette à la périphérie de Toulouse et nous sommes publiés dans la revue Photographie nouvelle avec un ensemble d’images très personnelles aux accents surréalistes qui reflètent une profonde angoisse existentielle. Nous incorporons dans l’article, un manifeste pour une photographie libre, libérée des contingences commerciales et professionnelles, « sans retenue esthétique quelconque .

Jean Dieuzaide, dit Yan  qui était le maître incontesté de la photographie à Toulouse m’incite à apprendre l’histoire de la photographie en me prêtant quelques ouvrages importants.

En 1974, je quitte Toulouse pour Paris et je me  lie d'amitié avec le photographe Bernard Plossu qui après son livre sur le mouvement hippie venait de publier un recueil de photographie «  Surbanalisme ».

Avec un groupe d’agitateurs, photographes et  critiques, je fonde Contrejour, à la fois journal, maison d'édition et galerie à Montparnasse qui devient rapidement le lieu de rencontre et de diffusion de la nouvelle photographie.

Contrejour publie la plupart des premiers livres d'auteurs photographes comme Guy le Querrec, Bernard Plossu,  Arnaud Claass,Denis Roche, Pierre et Gilles, Sebastao Salgado,Jeanloup Sieff, Gilles Peress, Luigi Ghirri les humanistes, Robert Doisneau, Edouard Boubat,Willy Ronis, Sabine Weiss.

En 1984 avec  Gabriel Bauret comme rédacteur en chef et l’apport artistique de Lorenzo Merlo alors directeur de la galerie Canon à Amsterdam nous  créons la revue Caméra International qui possédera une édition anglaise, japonaise et italienne.

 

Après avoir travaillé pour Vogue,  DAily Telegraf Magazine, je sors en 1976 mon premier livre de photographies, Lunettes préfacé par Agnès Varda, suivi d’un roman aux éditions du Seuil dédié à la photographe américaine Donna Ferrato, deux films et de nombreux livres dans lesquels je poursuis une quête photobiographique tournant autour du flirt de l’adolescence, de l'Italie et du bonheur.

J’expose dans de nombreux festivals (Arles, Malmo, Houston, Tokyo, Valencia, Rome, Corigliano, Rio de Janeiro, Coïmbra, Mexico...) et des galeries. Mes images sont présentées dans de nombreuses collections.

Avec Gilles  Mora, Le Manifeste Photobiographique que nous rédigeons en 1983  tente de créer une nouvelle forme artistique d’écriture de soi en ouvrant un débat salutaire au sein des Cahiers de la Photographie que nous avions crées deux ans plus tôt avec Bernard Plossu puis Denis Roche et Jean-Claude Lemagny.

En 1984, je participe au projet (exposition et livre) Viaggio in Italia avec Mimmo Jodice, Luigi Ghirri, Mario Cresci, Olivo Barbieri,Gabrielle Basilico, Guido Guidi, Giovanni Chiaramonte...

En 1999, avec ma femme Isabelle Nori, nous nous installons à Biarritz où nous fondons le festival Terre d'Images et la revue Photo Nouvelles puis Revista, un autre Sud-Ouest en 2003.

En 2011, nous relançons les éditions Contrejour avec la publication d'ouvrages de Jeanloup Sieff, Ralph Gibson, Jean Dieuzaide, Yvette Troispoux....

J'expose au festival Photomed à Sanary en 2011,au Château d'Eau à Toulouse, à la galerie Valid Foto de Barcelone et à partir de septembre 2012 à la Maison européenne de la Photographie à Paris.

J’ai deux filles : Elsa et Giulia.

Je suis représenté par la Galerie Nicomède