Bibliographie

CLAUDE NORI, les désirs sont déjà des souvenirs

  - 2012

A l'occasion de l'exposition à la Mep de Paris, les éditions Contrasto publient le livre-catalogue de l'exposition.

Voir la suite

Jours heureux au Pays basque

  - 2011

Contrejour, format 25X33 cms, 248 pages, 45 euros,2011

Voir la suite

La géométrie du flirt

 Contrejour, format 15 x21 cm, 80 pages duotone, 10 euros - 2011

Passions al dente

 Éditions Editalie - 2010

La photographie en France des origines à nos jours

 Flammarion, coll. « Photographies » - 2008

Publiée pour la première fois en 1980, épuisée en quelques mois, éditée aux Etats-Unis, en Angleterre et en Italie avec une exposition qui circula dans le monde entier, cette histoire fut publiée à nouveau en 1988. 

Voir la suite

Les Couleurs du bonheur

 Lieux dits, coll. « 24 images » - 2004

Tahiti s’invite dans mon jardin à Biarritz et Biarritz dans mon cœur joue avec les couleurs du plaisir et les lumières du bonheur. Mes yeux ne sont pas assez grands pour avaler la sensualité de ce paradis inventé par mon imagination et qui me régale de fleurs, de fruits, de feuillages, de ciels et d’océans que j’ai photographiés bien naïvement.

Voir la suite

Un été italien

 Marval - 2002

L’été tout recommence, la plage, la mer, les vespas, les chansons sur le juke-box à garder bien au chaud pour l’hiver en prolongeant des amours de vacances que l’on voudrait éternels.

L’été en Italie est un rituel, un cérémonial pour ses habitants et les touristes du monde entier venus profiter de ses paysages, de ses hôtels, de son art de vivre.

Voir la suite

Toi et moi

 En Vues - 1999

Extraits de  La petite musique du bonheur,

À propos des photographies de Claude Nori

Voir la suite

Fugues toulousaines

 Subervie - 1997

Comme de nombreux poètes dans l’âme, j’ai dû un jour de 1968 quitter la ville où mon enfance et mon adolescence furent si heureuses et où je m’initiais assez tôt, troubadour et vitelloni aux délices du fin’amor pour déverser ma fougue et mon énergie dans les torrents artistiques de la capitale.

Voir la suite

Des images et des jours

 Agenda Contrejour - 1995

Stromboli

 Contrejour - 1991

Une première fois, je me suis embarqué pour Stromboli, émerveillé comme un enfant ouvrant les pages d’un album afin de retrouver dans les paysages et les couleurs ses personnages préférés. Les miens étaient en noir et blanc et dans la fureur du volcan et de la lave, se cachaient les amours tumultueuses de Roberto Rossellini et d’Ingrid Bergman.

Voir la suite

Lotus Park

 Collection Cahiers d’Images,Éditions Contrejour. - 1987

Isadora est donc la ville de ses rêves : à une différence près. Dans son rêve, la ville le comprenait lui -même, jeune ; il parvint à Isadora à un âge avancé. Il y a sur la place le petit mur des vieux qui regardent passer la jeunesse ; lui-même y est assis, parmi les autres. Les désirs sont déjà des souvenirs.

Italo Calvino (Les Villes Invisibles)

 

Voir la suite

L'Été dernier, Manifeste photobiographique

 Editions de l'Étoile - 1983

Il était urgent qu’un manifeste vienne secouer les valeurs académiques de la belle image pour la belle image et proclamer bien haut qu’il n’est pas de photographie belle ou touchante qui ne porte pas la trace d’un investissement et d’une nécessité autobiographiques dans l’acte photographique même.

Voir la suite

Il me semble vous avoir rencontré quelque part

 Contrejour - 1983

Extraits du livre  : Il me semble vous avoir déjà rencontré quelque part , Contrejour 1983

Voir la suite

Une fille instantanée

 Seuil - 1981

Claude, photographe, rencontre Laura, photographe. Il est français, elle est américaine, ils ont de la vie et de l’amour une idée, une passion, un « œil » : celui qui voit vite et qui rend tout rapide, qui fait tout embrasser comme si cela devait être perdu à l’instant ; un œil qui braque et qui cadre en une fraction de seconde et qui « prend » tout.

Voir la suite

Je vous aime

 Éditions Phot’œil - 1979

Extraits des textes. 

Éditions Phot’œil. 1979

Voir la suite

Lunettes

 Contrejour -

Extraits de la préface d’Agnès Varda

Contrejour,1976

La belle photo, c’est la mort de la photographie en livre parce qu’un livre d’images-en fait- c’est comme un film, un roman photo et il faut alors qu’existe un mouvement, ou un sentiment, qui nous mène d’image en image. 

Voir la suite