Fugues toulousaines


Comme de nombreux poètes dans l’âme, j’ai dû un jour de 1968 quitter la ville où mon enfance et mon adolescence furent si heureuses et où je m’initiais assez tôt, troubadour et vitelloni aux délices du fin’amor pour déverser ma fougue et mon énergie dans les torrents artistiques de la capitale.

Je suis revenu à Toulouse à travers les pupilles noires des flamencas sur les avions du Sud et le long des routes en vers luisants de la photographie.

Fugues Toulousaines est un hommage en noir et blanc, une mélodie nostalgique et enivrante dans les rues, les places et les jardins, un poignant poème amoureux pour une ville et ses habitants.

 

Éditions Subervie, 1997